Help

jakob-lorber.cc

Chapitre 5 La maison de Dieu, Boek 1

35. Ecoute : il faut que tu voies encore plus loin, c'est-à-dire comment et pourquoi J'ai tout ordonné de cette façon ! Vois : la lune a des taches et beaucoup de lieux sombres, et la terre a des pôles froids, mais fermes, de hautes montagnes, de basses vallées, des sources, des ruisseaux, des rivières, des fleuves, des lacs, des mers grandes et petites. Tout cela est l'effet de l'Amour et de la grâce, ou, si tu veux, de la chaleur et de la lumière qui leur sont inhérentes, et qui proviennent de l'Amour éternel et de la puissance de la Divinité à travers Lui. C'est pourquoi, vois comme les faibles et la lune se ressemblent, et son être s'ouvrira à toi ; considère tous les forts selon leurs actes, et la terre te sera révélée ; et, d'un pôle à l'autre, la puissante paix de l'esprit doit se rencontrer dans l'amour de l'Amour, afin que tout ce qui entoure l'esprit évolue dans un ordre constant en vue d'atteindre le but commun d'une existence éternelle. Car vois : tout dépend de la paix ; sans elle, rien ne peut être atteint. Et qui n'est pas traversé de haut en bas par la paix - à l'instar de la terre traversée par son axe - ne pénétrera jamais au plus profond de lui-même. Et votre amour doit être froid comme la glace des pôles, afin que vous soyez capables de recueillir toute la chaleur de l'amour divin. Car vois : ce qui est chaud n'est pas propre à recevoir la chaleur en abondance et à la laisser s'écouler dans tout ce qui touche à la Vie. Vois : qui accueille la chaleur en lui, laquelle est l'amour de Dieu, et la retient fermement sans la laisser se répandre, celui-là est un avare ; il sera désagrégé en lui-même et se détruira comme le feu détruit la glace. Mais qui l'accueille comme le font les pôles et la donne aussitôt à tous ceux qui l'entourent de près ou de loin est bien placé pour recevoir l'amour et est agréable à la volonté du saint Donateur.

36. Cet amour portera beaucoup de fruits, prendra son essor jusqu'à la lumière de la grâce et contemplera sans jamais se détourner les immenses profondeurs de la Divinité, tels les pôles qui regardent au-dehors, à travers l'espace infini des créations de l'Amour et absorbent en eux, les yeux grand ouverts, les doux rayons émanant de l'immensité de tous les espaces infinis où tournent, innombrables, et chacun à sa manière, les êtres de la compassion. D'émerveillement et de délices dans leur amour envers l'Amour, ils s'enflamment et, tel un soleil s'éclairant lui-même, deviennent semblables à la lumière des pôles de la terre.

Chapitre 5 Version mobile Mentions légales